5ème promotion Programme BADGE Volkswagen en juin prochain : Entretien avec M. Benoît Sys, DRH de Volkswagen Group France


Directeur des Ressources Humaines de Volkswagen Group France, Monsieur Benoît Sys faisait bien évidemment partie des membres du jury - en compagnie de Messieurs Philippe Millot, Chef du département formation et RH Réseaux et Karim Bournonville, Directeur Véhicules Utilitaires de Volkswagen France - lors des soutenances des mémoires de la 3e promotion BADGE Volkswagen à Montpellier Business School. L’occasion de faire le point sur ce programme qui compte désormais 60 participants avec la 4e promotion et qui verra sa 5e promotion démarrer en juin prochain.

A l’origine, quel était votre objectif quand vous avez souhaité lancer ce programme BADGE (Bilan d’Aptitude Délivré par la conférence des Grandes Ecoles) à destination de vos concessionnaires ?


« Au départ, nous avons lancé ce programme BADGE Volkswagen pour assurer à nos concessionnaires un socle commun de compétences et de connaissances. Dans nos réseaux de concessionnaires indépendants, on trouve souvent des profils de chefs d’entreprise et de responsables très disparates dont on ne connait pas forcément le niveau d’études. Dans un souci d’homogénéité nous avons souhaité donner à toutes ces personnes un socle de basiques avec les mêmes connaissances. L’objectif était donc à long terme ».

Pourquoi aviez-vous choisi de faire confiance à Montpellier Business School ?

« En fait, la question était : Quels sont les basiques de gestion d’une entreprise ? Finance, management, RH, marketing, leadership etc. Partant de là, nous avons lancé un appel d’offre auprès de nos écoles partenaires en demandant un programme de standardisation des connaissances. Montpellier BS a été la plus réactive avec une trame de programme prenant en compte l’avis des concessionnaires pour éviter de faire quelque chose de trop académique. C’était justement l’un de nos pré-requis : le fait d’avoir des sujets en relation direct avec leur quotidien ».

Quels retours avez-vous depuis que les premières promotions ont obtenu leur BADGE ?

« Les retours sont très bons. Notre meilleur indicateur est l’adhésion complète de ceux qui au départ étaient les plus sceptiques. Leur feed-back précise qu’ils n’ont pas perdu de temps car dès leur retour dans leur concession, ils ont réfléchis et mis en œuvre tout ce qu’ils ont appris. Dès la 1ere année, il y a quatre ans déjà, la première promotion nous a confirmé que malgré la forte crise qui touchait le monde l’automobile à ce moment-là, si c’était à refaire ils le referaient ».

Qu’est-ce qui séduit le plus vos concessionnaires lorsqu’ils se lancent dans l’aventure BADGE ?

« Le moment le plus compliqué, c’est quand même l’inscription. Le fait de « retourner à l’école » n’est pas toujours séduisant mais c’est une opportunité et presque une école de la 2e chance pour certains. La formation est totalement compatible avec l’activité et le plus efficace, c’est l’osmose et le partage entre les participants. Créer un club BADGE fait d’ailleurs partie des futurs projets à mettre en place car ils sont très demandeurs. Je suis très heureux que ce succès engage de plus en plus de participants sur ces formations ! ».


 
School
       

         


Taxe d'apprentissage La Fondation Groupe Sup de Co Montpellier

Dernières actualités

Toutes
les Actus




Espace téléchargement (Plaquettes/Documents)