Sexisme ordinaire, stéréotypes hommes-femmes et discrimination, vous sentez-vous concerné(e)s ?

 

Le Conseil supérieur de l’égalité entre les femmes et les hommes a décidé en mars 2014 de créer un groupe de travail sur le sexisme ordinaire et le sexisme au travail afin de parvenir à une définition commune et d’identifier les modes d’action pour le combattre.

Le rapport Gresy publié le 6 mars 2015 a été l’occasion de revenir sur ces définitions et de proposer 33 recommandations pour les entreprises, toutes tailles confondues.

Certaines entreprises ont repris comme outil de dialogue social les items de ce rapport pour en faire un guide interne sur le sujet de l’égalité professionnelle et de la lutte contre le sexisme. C’est le cas du Groupe Casino, dont le Directeur de la Promotion de la Diversité et de la Solidarité, et Président de l’Association Française des Managers de la Diversité, M. Mansour Zoberi, a bien voulu partager le guide interne avec Montpellier Business School notamment.

Il est à relever, une nouvelle fois, que les préjugés envers les femmes, comme envers les hommes sont encore très importants et dressent des liens entre le sexe et les compétences et attitudes présumées. 54% des personnes interrogées déclarent que les hommes et les femmes ont des compétences spécifiques distinctes.

Par exemple, 75% des hommes interrogés perçoivent comme une attente de l’entreprise de « Donner tout son temps à l’entreprise pour être reconnu comme investi et performant et être 100% disponible », 50% ont déjà entendu qu’il n’était ni utile, ni opportun qu’un homme prenne son congés paternité après la naissance de son enfant. A l’inverse 49% des femmes ont déjà entendu des propos remettant en cause les compétences et la résistance des femmes qui exercent des postes à responsabilités.

Ces préjugés et stéréotypes ancrés dans l’esprit collectif engendre de l’autocensure (beaucoup d’hommes ne se positionnent pas sur des postes administratifs qui pourraient correspondre à leurs compétences parce qu’ils ne leur semblent pas suffisamment « challenging »), alimentée par la perception sexuée des métiers que nous avons et qui est entretenue souvent pendant tout le parcours éducatif. C’est ainsi qu’en 2015, en ayant 51% de filles inscrites dans son programme, les diplômés de MBS se sont répartis sur certains métiers de nouveau de manière clivant : 59% des diplômés qui se sont orientés vers des métiers de comptabilité gestion sont des hommes, 61% de ceux qui sont allés vers des métiers commerciaux sont des hommes, 84.5% de ceux qui se sont orientés sur des métiers de communication et marketing sont des femmes.

Ces mêmes préjugés et stéréotypes entraînent une fois en entreprise des discriminations conscientes et inconscientes sur les métiers et responsabilités accessibles aux femmes et aux hommes.
Ce débat collectif mérite d’être posé individuellement à chacun de nous, et vous, où en êtes-vous de vos préjugés sur les femmes les hommes et leurs compétences ? 

Testez-vous !




 
School
       

         


Taxe d'apprentissage La Fondation Groupe Sup de Co Montpellier

Dernières actualités

Toutes
les Actus




Espace téléchargement (Plaquettes/Documents)