Montpellier Business School
18 septembre 2019

Top 5 des projets de Start-Up alliant Sport et Inclusion | Episode 2 de la Start-Up Week

Top 5 des projets de Start-Up alliant Sport et Inclusion | Episode 2 de la Start-Up Week

Une thématique qui fait écho aux valeurs fondatrices de MBS

Depuis le 3 Septembre, la 6ème édition de la Start-Up week bat son plein sur le campus de Montpellier Business School. Ce Business Game par équipe met chaque semaine, et jusqu’au 20 septembre, les 900 étudiants de dernière année du Programme Grande Ecole au défi de la création d’entreprise.

Pour cette seconde semaine de challenge, Private Sport Shop était à nouveau au rendez-vous pour guider les étudiants dans le marché complexe du sport. « Une des tendances du marché est la recherche d’autonomie chez les sportifs. » explique Yannick Léouffre aux étudiants de dernière année.

Ainsi, la thématique à laquelle les apprentis créateurs d’entreprise devaient être particulièrement sensibles cette semaine était l’inclusion : « Cette thématique a pour but de faire travailler les étudiants autour de concepts à la fois innovants et respectueux de la diversité, deux valeurs caractéristiques de Montpellier Business School. » explique Katherine Gundolf, directrice du MBS Entrepreneurship Center.

Une riche diversité dans les projets entrepreneuriaux proposés par les étudiants

Comme à l’accoutumée, cinq projets se sont affrontés dans une phase finale de pitchs devant l’intégralité des étudiants et un jury d’experts évaluant le caractère innovant, le réalisme financier et la stratégie de lancement de la start-up.

Chaque groupe a décidé d’intégrer l’inclusion et la diversité à une étape différente du processus de création. Pour le groupe B&Fit, gamme de vêtements de sport intelligents qui s’adaptent à la morphologie de tous, ainsi que pour Safe Finder, bracelet électronique permettant d’émettre une alerte en cas d’agression, le choix a été d’intégrer cette notion d’inclusion au plus tôt du Business Model et donc de faciliter la pratique du sport à une cible spécifique.

Pour deux autres groupes, l’idée n’était pas de créer un produit mais de réinventer un concept existant et en le mettant au service de la RSE : To Gather a choisi de surfer sur la vague du plogging (courir en ramassant les déchets) en organisant une série de courses officielles dont la recette serait reversée à plusieurs associations. Le second groupe a, quant à lui, imaginé une agence de coachs sportifs délivrant leurs services aux entreprises avec comme particularité de former et d’engager uniquement les anciens détenus dont la réinsertion sur le marché du travail peut s’avérer difficile.

Néanmoins, un groupe est parvenu à sortir son épingle du jeu grâce à un besoin très bien identifié : Smart Swim. « Nous sommes partis d’une simple vidéo, où nous avons constaté qu’en compétition officielle, on tapait sur la tête des nageurs malvoyants pour qu’ils puissent savoir quand se retourner à l’extrémité du bassin. » explique alors le pitcheur. Smart Swim est un équipement semblable à des lunettes de natation, avec la particularité d’émettre une vibration lorsque le nageur s’apprête à changer de couloir ou à heurter l’extrémité du bassin. « Ce produit n’est donc pas uniquement pour les nageurs en situation de cécité. Cela peut correspondre à tous les nageurs qui préfèrent se concentrer sur leur performance, plutôt que sur leur bonne trajectoire. Le sport pour tous. »

L’antisèche – Vous ne savez pas ce qu’est la Start-Up Week de l’Entrepreneurship Center ? Voici une session de rattrapage en infographie :

Partager cette page
Partager
Cette page
Contact us
Identity(Nécessaire)
Preferred contact method(Nécessaire)
RGPD
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Contactez-nous
Identité(Nécessaire)
Je préfère être contacté par(Nécessaire)
RGPD
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.