Montpellier Business School
  • Accueil /
  • Actualités /
  • Pauline Mercier, alternante en dernière année du Programme Grande Ecole de MBS, crée « Don’t be cloudy », un concept gratuit qui rend l’univers du cloud computing accessible à tous.
03 juin 2020

Pauline Mercier, alternante en dernière année du Programme Grande Ecole de MBS, crée « Don’t be cloudy », un concept gratuit qui rend l’univers du cloud computing accessible à tous.

Pauline Mercier, alternante en dernière année du Programme Grande Ecole de MBS, crée « Don’t be cloudy », un concept gratuit qui rend l’univers du cloud computing accessible à tous.

Une idée née de son expérience en alternance et en double-diplôme

Pauline Mercier est alternante en dernière année du Programme Grande Ecole. Elle a fait le choix de compléter sa formation à MBS avec un double-diplôme en partenariat avec l’IAE de Montpellier afin d’acquérir une expertise plus poussée dans les systèmes d’information.

Pour encore plus de cohérence, Pauline est actuellement Business Analyst chez Microsoft à Paris et tous les jours, elle plonge la tête la première dans les nuages. Enfin… Dans le « cloud » ! « Lorsque j’ai essayé d’expliquer mon quotidien à mes proches, je me suis rendu compte qu’ils ne comprenaient pas bien la notion de cloud computing. C’est là où j’ai compris qu’il fallait imaginer quelque chose pour démystifier le concept. » explique-t-elle.

Donner les clés pour comprendre la quantité de cloud  que nous consommons quotidiennement

Animée par la mission de rendre accessible à tous la compréhension du Cloud, Pauline a imaginé « Don’t be Cloudy », une offre de contenus pédagogiques qui vulgarisent cette solution que nous utilisons tous au quotidien sans le savoir.

« Le Cloud, ce n’est pas juste notre Google Drive rempli de photos de vacances que l’on partage avec ses amis, on ne s’en rend pas compte mais on l’utilise absolument tous les jours. Lorsqu’on regarde une série sur une plateforme numérique, quand on teste un filtre photo sur une application, lorsqu’on commande à emporter, ou quand on ouvre un email…  Tout ça, même si c’est invisible, ça en devient vite énergivore ! Pour consommer responsable, il faut savoir ce que l’on consomme. Cela fonctionne aussi avec le Cloud. » complète Pauline.

Contribuer à la transition numérique des entreprises

Dans son quotidien, Pauline occupe l’un de ces « nouveaux » métiers du numérique qui requiert une agilité entre les compétences en sciences de gestion et les compétences techniques des systèmes d’information. « Je travaille au plus proche des équipes commerciales en suivant les performances et la stratégie de vente des Sales Specialists. Ce sont eux qui vendent les solutions cloud aux grandes entreprises françaises qui se préparent au monde digitalisé de demain. Tous les jours, je vois passer des projets qui intègrent de l’Intelligence Artificielle, de l’IoT, du Big Data… C’est comme si je me levais le matin pour aller dans le futur. » raconte Pauline.

Avec Don’t be cloudy, l’objectif de Pauline est double. Tout d’abord, l’apprentissage, la découverte et le suivi de l’actualité du cloud computing de façon simple et ludique sur le réseau social Instagram : @dontbecloudy.

Mais la Business Analyst souhaite également organiser des événements avec plusieurs speakers experts. « Il y aura trois types d’interventions. Les cloud basics, pour que les managers, les PME ou les plus curieux comprennent l’univers de l’informatique en nuage afin de mieux l’exploiter dans leur quotidien ; les cloud experiences, pour s’inspirer de réels projets de transformation digitale dans des structures différentes, et les cloud jobs, pour avoir un aperçu des nouveaux métiers liés au cloud et des entreprises qui recrutent dans le milieu. »

« Quand on pense cloud, on pense informatique, stockage, réseaux, technique… Et le concept peut vite faire peur. Je souhaite rendre l’univers du Cloud computing plus fun, mettre en avant ses nouveaux métiers mais aussi aborder ses limites. Je ne parle pas ici que de limites techniques, l’idée c’est aussi de questionner la dimension RSE du Cloud, sa pollution ou sa relation avec le concept de données et de vie privée. » conclut Pauline.

Pour suivre les aventures de Pauline et découvrir Don’t be cloudy :

Partager cette page
Partager
Cette page
Contact us
Identity(Nécessaire)
Preferred contact method(Nécessaire)
RGPD
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Contactez-nous
Identité(Nécessaire)
Je préfère être contacté par(Nécessaire)
RGPD
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.