Montpellier Business School
02 novembre 2018

Du contrôle de gestion aux effets spéciaux ! Interview de Yann Jouannic, diplômé 2000

Du contrôle de gestion aux effets spéciaux ! Interview de Yann Jouannic, diplômé 2000

Diplômé 2000 du Programme Grande Ecole de MBS (spécialisation contrôle de gestion), Yann Jouannic travaille aujourd’hui dans l’industrie cinématographique à Montréal, au Canada. A 43 ans, il se souvient de ses années MBS et nous raconte son parcours aussi riche que singulier. Un parcours qui l’a même conduit à remporter le Prix Ecrans Canadiens 2018 dans la catégorie Meilleurs effets visuels !

Quel a été votre parcours à Montpellier Business School ?

J’avais intégré MBS en 1ère année après une classe préparatoire. Si j’avais choisi MBS c’était pour la qualité et la diversité de ses programmes ainsi que son ouverture à l’international. Durant mon cursus, j’ai eu la chance de faire un stage à Londres, de m’impliquer dans l’association étudiante Le Bureau des Arts, de passer une année de césure professionnalisante en contrôle de gestion à la direction financière de Canal+ puis d’occuper un poste de contrôleur de gestion au PSG durant ma dernière année.

Que retenez-vous de ces années MBS ?

L’ouverture, notamment à l’international, et la compréhension générale de la gestion d’entreprise. Mais aussi l’adaptabilité et la flexibilité face aux changements d’environnement. Je retiens aussi l’organisation du festival du court métrage ! Cela représente finalement le début de mon implication dans une carrière où j’ai toujours essayé de combiner le travail et ma passion pour le cinéma. MBS c’est aussi la rencontre avec d’autres étudiants qui sont devenus des amis de 20 ans !

Comment s’est déroulé pour vous « l’après MBS » ?

Pas du tout comme je l’avais imaginé étant étudiant ! En fait, après 6 ans de contrôle de gestion chez Canal+, plutôt que de poursuivre et d’évoluer au sein d’une direction financière, je me suis tourné vers la production de film. J’ai recommencé à zéro pour apprendre comment se prépare et s’organise un tournage de film, en tant que régisseur. Je pense que ma capacité d’adaptation, ma vision générale de la gestion et surtout ma volonté m’ont permis de progresser et de prendre progressivement des responsabilités sur toute sorte de projets, du film indépendant français au blockbuster américain.

Quelle est votre situation professionnelle aujourd’hui ?

Je suis chargé de projet en production de VFX à Montréal. Ce sont les effets visuels en postproduction des films, c’est-à-dire après le tournage. Je travaille au quotidien en relation avec les clients, producteurs et réalisateurs, ainsi qu’avec les artistes et superviseurs VFX pour la planification des projets, déterminer les besoins en ressources etc. Pour expliquer un peu à ceux qui se demandent en quoi cela consiste, les cas les plus visibles pour les spectateurs sont ceux où on créée des environnements imaginaires pour remplacer les fonds verts qui sont derrières les comédiens.

Quel conseil donneriez-vous aux futurs diplômés de MBS ?

Gardez l’esprit ouvert sur les opportunités qui peuvent se présenter. N’oubliez pas ce que vous voulez vraiment faire et ce qui vous passionne. Un diplôme en gestion et management a l’avantage d’être très général et d’ouvrir toutes les portes si vous y mettez la volonté. Les opportunités ne s’arrêtent pas aux entreprises du CAC40 ou aux grandes multinationales dont on parle tous les jours dans les médias. Vous ne finirez probablement pas tous PDG, mais vous pouvez tous réussir à vous épanouir et en même temps améliorer 2 ou 3 choses autour de vous.

Partager cette page
Partager
Cette page
Contact us
Identity(Nécessaire)
Preferred contact method(Nécessaire)
RGPD
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Contactez-nous
Identité(Nécessaire)
Je préfère être contacté par(Nécessaire)
RGPD
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.