Montpellier Business School
  • Accueil /
  • Actualités /
  • Comment répondre à l’urgence climatique & sociale par la créativité & l’enthousiasme : Rob Hopkins était à MBS à l’occasion du Transition Tour
12 février 2020

Comment répondre à l’urgence climatique & sociale par la créativité & l’enthousiasme : Rob Hopkins était à MBS à l’occasion du Transition Tour

Comment répondre à l’urgence climatique & sociale par la créativité & l’enthousiasme : Rob Hopkins était à MBS à l’occasion du Transition Tour

Accueillir Rob Hopkins pour répondre à la situation d’urgence 

Le 5 février dernier, MBS avait l’honneur d’accueillir Rob Hopkins, fondateur du mouvement mondial des Villes en transition, grâce à la Chaire Entrepreneuriat Social & Inclusion et au Magazine Sans Transition.

« L’objectif est qu’une figure de la transition sociale, économique et environnementale comme Rob Hopkins puisse partager son expérience sur l’importance d’imaginer, collectivement, un futur positif pour tous » explique Dr Walid Nakara, titulaire de la Chaire & Directeur adjoint du Yunus Centre de MBS.

La dimension positive fut pourtant, dès le début, challengé par l’état des lieux de la situation climatique dressé par l’expert en permaculture. « Si la température globale du globe augmente de 1,5 à 2°C, il y aura des famines généralisées. Si on continue de fonctionner comme aujourd’hui, on atteindra ce seuil d’ici 2025. » Si cette introduction a pu alerter le public sur la situation d’urgence, c’est ensemble que les participants se sont prêtés au jeu créatif d’imaginer les solutions du monde de demain.

Imaginer ensemble la transition, dans un monde plus résilient et positif

« Jusqu’aux années 90, la courbe de la créativité et du QI suivaient toutes les deux la même croissance. Peu après, alors que la courbe du QI a poursuivi sa progression, celle de la créativité s’est mise à stagner » explique Rob Hopkins, pointant du doigt la crise de la créativité et de l’attention.

A travers des questions débutant toutes par « What if … » (« Et si… »), le conférencier a ainsi encouragé son public de manière ludique à ne pas se fixer de limites à l’imagination. « Le jeu a son importance. Et si le jeu revenait au cœur de la société ? Dans la ville de Bristol, certaines rues sont fermées à la circulation afin que parents comme enfants puissent se retrouver pour jouer en extérieur. Le jeu permet de construire un lien social et solidaire entre les individus tout en donnant la possibilité de tester les solutions imaginées. »

En stimulant l’imagination, de nouveaux modèles collaboratifs peuvent ainsi voir le jour. Rob Hopkins conclut en livrant ses quatre ingrédients pour faciliter la transition de la société et des entreprises : « Space, Place, Pacts, Practice ». La première étape est donc de créer un espace et un cadre sûr dans lequel les individus peuvent prendre le temps d’imaginer. « A Bologne, un bureau municipal de l’imagination a été créé afin que chacun puisse proposer au niveau local des idées pour améliorer le quotidien de chacun. »

Finalement, pour amener les citoyens à agir pour la transition, l’enthousiasme et l’optimisme sont plus efficaces que la communication autour de l’urgence. « Certains chercheurs proposent aux participants de se projeter dans le futur en l’imaginant de manière positive et de créer des « souvenir de l’avenir ». Il est plus simple ainsi pour les personnes de se battre pour ces souvenirs que de se battre pour éviter un futur apocalyptique. »

 

Former les étudiants aux nouvelles méthodes créatives et responsables : une mission qu’endosse MBS depuis plusieurs années

La conférence de Rob Hopkins résonne avec le cœur de la mission de Montpellier Business School. « Nous croyons que le plus grand défi des entreprises sera la transformation durable, citoyenne et éco-responsable de leur stratégie. C’est pourquoi les thématiques de RSE et de développement durable sont au cœur de nos activités de recherche et sont enseignées en transverse dans tous nos programmes. » explique Bruno Ducasse, Directeur général de Montpellier Business School.

Si la RSE fait partie de l’ADN de Montpellier Business School depuis de nombreuses années, l’école a depuis quelques mois chercher à amener davantage le jeu dans sa pédagogie. La gamification des enseignements regroupe un spectre large d’exercice : de l’escape game interculturel au serious game de création d’entreprise, les Professeurs et le Learning Center de MBS testent aujourd’hui de plus en plus de méthode pour stimuler la créativité des managers de demain.

Partager cette page
Partager
Cette page
Contact us
Identity(Nécessaire)
Preferred contact method(Nécessaire)
RGPD
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Contactez-nous
Identité(Nécessaire)
Je préfère être contacté par(Nécessaire)
RGPD
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.