Montpellier Business School
  • Accueil /
  • Actualités /
  • Mathieu Ravard, alumni 2015 de MBS, cofonde GreenGo, une alternative française et responsable à Booking & Airbnb
13 avril 2021

Mathieu Ravard, alumni 2015 de MBS, cofonde GreenGo, une alternative française et responsable à Booking & Airbnb

Mathieu Ravard, alumni 2015 de MBS, cofonde GreenGo, une alternative française et responsable à Booking & Airbnb

Du 12 au 16 avril c’est la semaine du Développement Durable à MBS. L’occasion de mettre en lumière les parcours des alumni investis dans cette cause.

Diplômé du Programme Grande Ecole de MBS et après plusieurs expériences à l’international, Mathieu Ravard nous partage son cheminement vers un projet plus local.

Choqué par les chiffres du réchauffement climatique et par son « empreinte carbone », il comprend l’urgence de proposer un tourisme plus responsable, plus équitable et plus humain.

Avec trois amis, il cofonde GreenGo, une alternative de voyage durable aux plateformes Airbnb et Booking. Aujourd’hui, la jeune start-up a lancé une campagne de financement participatif qui a déjà atteint 350% de son objectif initial, et cherche à dénicher de nouveaux hébergements sur l’ensemble du territoire français.

Les coulisses de l’aventure entrepreneuriale

Mathieu a intégré Montpellier Business School en 2011 et a choisi de bénéficier de l’expérience internationale du parcours. « Je suis parti en deuxième année en Amérique latine puis j’ai partagé ma dernière année en alternance entre Amsterdam et Paris. Une fois diplômé, j’ai rejoint American Express à Paris puis j’ai été envoyé à Sydney en Australie pendant deux ans. » explique Mathieu.

« A l’issue de ces expériences, j’ai eu besoin de partir sur un projet avec plus de sens, plus proche de mes valeurs, de mes convictions et en lien avec le sujet environnemental.

 

Parallèlement, Guillaume, un très bon ami me partage ses recherches sur l’impact du tourisme lointain et les effets concrets du réchauffement climatique. Le calcul de mon quota carbone me fait comprendre l’étendue des dégâts. Il y a un véritable enjeu de voyager moins loin. Mieux. Avec deux autres amis ingénieurs, on décide alors de tout lâcher pour agir et se lancer dans une mission entrepreneuriale pour aider les voyageurs à découvrir un tourisme local plus durable. » raconte le cofondateur.

 

Un modèle qui privilégie le local, le responsable et l’éthique

« Le tourisme est responsable de 8% des gaz à effet de serre. Et sur ces 8%, 75% sont liés au transport. Pendant longtemps, on a cru qu’il fallait partir le plus loin possible pour être dépaysé, mais on peut vivre une expérience hors du commun moins loin, dans le Parc du Mercantour ou dans la Baie de Somme par exemple. C’est là-dessus que nous avons fondé notre promesse : dénicher des logements « pépites » partout en France chez des hôtes sympas, authentiques et respectueux de l’environnement. »

Outre la dimension environnementale, il y a également un sujet de transition économique et sociale. « Adopter un système de commissions plus équitable est pour nous une évidence.  Les commissions chez les grandes structures américaines pèsent sur les hôtes et sur les voyageurs, à hauteur de 18% du prix de la réservation. Pour nous, adopter une démarche équitable c’est avant tout alléger cette commission à 10%, pour une plus juste rémunération hébergeur, un juste prix voyageur, tout en payant nos impôts en France. » témoigne le diplômé.

 

Quelles sont les prochaines étapes ?

La start-up mène actuellement une campagne de financement participatif. La cagnotte a déjà atteint 350% de son objectif et reste ouverte jusqu’au 30 avril. « Cette campagne a pour but de financer la croissance de notre réseau d’hébergeurs, que l’on sélectionne individuellement en analysant la qualité de l’expérience, notamment le rapport qualité/prix, la démarche de respect de l’environnement des hôtes et la qualité de l’accueil. Aujourd’hui, avec 130 hébergeurs pour plus de 350 logements, nous ne couvrons pas encore toute la France. L’objectif de la campagne est là : proposer une sélection d’au moins 5 pépites par département. » conclut Mathieu Ravard.

Pour que d’autres étudiants et alumni puissent devenir acteurs de la transition écologique, MBS organise actuellement le Challenge ODD au cours duquel ils sont formés pour résoudre des problématiques réelles du développement durable en Occitanie. Rendez-vous le 16 avril pour la grande finale, parrainée par Romain Troublé, directeur général de la Fondation Tara Océan.

Partager cette page
Partager
Cette page
Contact us
Identity(Nécessaire)
Preferred contact method(Nécessaire)
RGPD
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Contactez-nous
Identité(Nécessaire)
Je préfère être contacté par(Nécessaire)
RGPD
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.