Thibault, diplômé 2015 Montpellier Business School, se lance dans un tour du monde à la voile


Ancien sportif de haut niveau, Thibault Bernard a choisi de se lancer dans un projet hors du commun avec son ami Antoine. Tous deux originaires du Var et amoureux de la mer et de grands voyages, ils comptent bien explorer une partie du monde à bord d’un Ovni 28 de 1982, un petit monocoque de 8,45 mètres déniché à Tahiti. Pour Montpellier Business School, avant de partir pour l'autre côté du globe, Thibault est revenu sur son parcours et son envie d’aventure "post-diplôme".

« Je suis tombé dans la voile quand j’étais tout petit », explique ce diplômé Master Grande Ecole de 21 ans. « J’ai pratiqué le windsurf à haut niveau pendant 5 ans. J’ai d’abord été vice-champion du monde – de 17 ans puis, en 2013, j’ai eu une super saison en terminant vice-champion de France et 3e au championnat du monde en – 21 ans ».

« J’ai intégré Montpellier Business School en Master L3 en 2012 via le concours Sportif de Haut Niveau »
, poursuit Thibault. « Et j’ai vite trouvé un contrat d’alternance au sein de Terre et Nature Voyage où je me suis occupé de la filiale Nature Kite. Mon contrat s’est terminé le 31 octobre et ce fût une expérience formidable. J’ai vraiment rencontré des gens géniaux et peut être que notre relation reprendra dans quelques mois. C’est en tout cas ce que je souhaite. En attendant des projets ont fleuri dans ma tête et notamment ce projet de tour du monde ! ».

Souhaitant faire de la voile différemment, Thibault a arrêté de pratiquer le windsurf en compétition. Aujourd’hui, il a surtout envie de prendre le temps de découvrir les modes de vie, les cultures et les populations des pays qu’il n’a pu qu’apercevoir durant ses années de compétition. « Cette découverte de nouveaux modes de vie est bien entendu une priorité car la diversité nous anime et nous voulons la « transporter » durant ce voyage ».

« Notre programme est pour l’instant provisoire mais ce qui est sûr, c’est qu’on partira de Tahiti en janvier car notre bateau est là-bas et nous avons déjà des partenaires », annonce-t-il. « Les objectifs sont nombreux mais nous voulons aussi faire ce voyage de la manière la plus écologique possible avec un mode de vie minimaliste. Nous souhaitons donner à cette aventure une envergure éco responsable, respectueuse de l’environnement et essayer de montrer les dérives de la surconsommation car elles ont des répercussions même au milieu de l’atoll le plus reculé de la planète ».

Durant ce voyage qui devrait durer entre un an et un an et demi, les escales seront forcément nombreuses. « Pour l’instant, l’itinéraire pour les 6 premiers mois est le suivant : départ en janvier direction l’archipel des Tuamotu où nous aimerions rester jusqu’en février/mars. Puis direction les îles Cook, Tonga, Fidji et une arrivée en juin à Nouméa. Ensuite, on pense passer par l’Australie, l’Indonésie, le Sri Lanka, l’Inde, Oman, la Grèce ou encore l’Italie avant de rentrer en France ».

Aux dernières nouvelles, les deux hommes sont partis de Raiatea le 21 janvier et sont arrivés à Moorea pour un ravitaillement. Ce week-end, ils doivent reprendre le large direction les Tuamotus. On ne peut que leur souhaiter bon vent !



 
School
       

         


Taxe d'apprentissage La Fondation Groupe Sup de Co Montpellier

Dernières actualités

Toutes
les Actus




Espace téléchargement (Plaquettes/Documents)