Du BEP au Doctorat ; comment l’alternance est le premier levier de l’égalité des chances ! Le message de Loïs Gilles diplômé Montpellier Business School


Loïs Gilles est un diplômé 2014 du programme Master de Montpellier Business School. Il est aujourd’hui en doctorat et chargé d’études en gouvernance des systèmes d’information pour le Crédit Agricole à Paris. Depuis cet été, en sus de sa fonction et de sa thèse, il a décidé de démarrer un cycle de conférence à destination des collégiens et lycéens français sur « le succès ça se décide », thème fort capable de marquer les esprits et de forcer à l’interaction. Dans ces conférences, il y parle de confiance, d’éducation et bien sûr d’alternance !

Quand on parle avec Loïs, le plus saisissant est son humilité comme sa clairvoyance. Il ne considère pas avoir du succès mais veut porter un message : « J’ai travaillé, certes, mais différemment des autres et j’ai dû aussi avoir un peu de chance ! », précise-t-il. « Si je me lance sur le déploiement d’interventions auprès des collèges et des lycées, c’est pour partager mon expérience, motiver et informer les jeunes sur leur avenir, leur parler des possibilités d’évolution et les pousser à se développer et à croire en eux en leur montrant, par mon parcours, que tout est possible particulièrement avec le système de l’alternance dont on parle beaucoup aujourd’hui ».

A l’évocation de son parcours, il faut bien écouter : une seconde redoublée deux fois, un BEP vente, un Bac STG adaptation avec cours supplémentaires les mercredis après-midi et samedi matin pour rattraper les lacunes et un refus d’admission en IUT Tech de Co. Mais s’ensuit tout de même un BTS MUC par alternance puis l’université et un diplôme européen d’études supérieures en marketing et ensuite le concours Passerelle ESC 2ème année avec un objectif en tête : l’alternance. Il fait donc le choix de Montpellier pour 2 ans.

Entre temps, il s’engage dans la création d’une entreprise de communication avec 2 amis pour lequel il investit de façon modeste. Par manque d’exigence, d’expérience et de chance, l’entreprise fermera au bout d’un an et demi. « Ce fut un échec humain et financier mais extrêmement formateur. Cela a été un véritable levier pour mon avenir », précise le jeune homme.

« A la fin de mon Master, j’avais une idée encore plus précise de ce que je voulais faire, à savoir : travailler en entreprise mais aussi transmettre et enseigner. J’ai donc envoyé une centaine de CV pour trouver une entreprise qui me permettrait de travailler tout en passant un doctorat (contrat Cifre). Le Crédit Agricole m’a donné ma chance ainsi que l’école doctorale de Montpellier dont Montpellier BS est partenaire. Je suis actuellement encadré par les professeurs Florence Rodhain et Christine Marsal ».

Au travers de ses conférences, Loïs souhaite, d’une part démystifier l’échec scolaire ou la « mise au rebut » de jeunes qui n’ont pas, à un moment donné de leur vie, la maturité ou l’environnement nécessaire à l’académique tel qu’on le conçoit en France, et d’autre part s’adresser à tous les jeunes qui veulent se développer et qui sont en recherche d’information sur l’apprentissage qui est pour lui  « le meilleur moyen d’allier la théorie et la pratique » et qui est aussi le levier principal d’augmentation de l’égalité des chances.

La première conférence de Loïs Gilles a lieu ce jeudi 12 novembre au Lycée Montplaisir de Valence devant une centaine de lycéens.

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


 
School
       

         


Taxe d'apprentissage La Fondation Groupe Sup de Co Montpellier

Dernières actualités

Toutes
les Actus




Espace téléchargement (Plaquettes/Documents)