Sport de haut niveau et études de haut niveau sont au programme de Marc Mallaret, skipper et étudiant Master M1 à Montpellier Business School


Marc Mallaret n’est pas tombé dans l’eau quand il était tout petit mais presque… Issu d’une famille de navigateurs, il a commencé les cours de voile à 9 ans et la compétition à 10 ans. « Mon grand-père faisait de la voile et mon père était un grand régatier. Actuellement, il fabrique et vend des voiles à Mauguio », confie le jeune skipper. Aujourd’hui âgé de 25 ans, Marc navigue aussi bien sur les eaux déchaînées des océans qu’au milieu des salles de cours de Montpellier Business School.

Conscient de l’importance d’obtenir un diplôme de valeur, le Montpelliérain attaque une année charnière. « Je rentre en Master M1 grâce au concours spécifique de Montpellier Business School pour les sportifs de haut niveau. Ici, c’est idéal pour allier le sport et les études. On me permet d’aménager mon emploi du temps en fonction de mon programme sportif. C’est très important pour moi car je veux sortir avec un beau diplôme.».

Marc fait ensuite un parallèle parlant entre son projet dans le domaine de la voile et ses études. « Un projet voile, c’est comme gérer une entreprise », précise-t-il. « On est manager d’une équipe et, en plus, il y a de la logistique et un budget à gérer. Un très bon budget peut grimper jusqu’à 200.000 euros par an. Il y a aussi les inscriptions, les déplacements, l’entretien du bateau, le démarchage des sponsors et des partenaires. Du coup, mes études me servent beaucoup dans ce projet ! ».

Discipline difficile et nécessitant des aptitudes particulières, la voile est aussi un sport de valeurs. « C’est l’aventure ! », s’exclame Marc. « La vie en solitaire au milieu de l’eau, c’est la découverte de soi. L’aspect technologique est important aussi ; ce sont des F1 réglées aux petits oignons. S’il y a un grand travail à fournir en solitaire sur l’eau, à terre la partie management en équipe est primordiale. A ce niveau, on a tous les mêmes bateaux et donc une vraie égalité de chances. Ça se joue sur la stratégie, la façon d’utiliser le matériel et l’endurance car pendant 4 jours de compétition, on doit dormir 4 heures en moyenne ».

A la veille du départ de la Generali Solo, dernière étape du championnat de France de course au large en solitaire, Marc est fier de porter les couleurs de Montpellier Business School sur son monotype Figaro Beneteau 2. « Je me lance pour la première fois dans la course au large après avoir toujours fait du dériveur en catégorie olympique 49er. Je suis très fier d’offrir à l’école le nom de mon bateau sur cette étape. Ensuite j’enchainerai sur la sélection « Skipper Hérault » qui peut me permettre de boucler mon budget ! Dans la voile, on n’a pas les budgets sponsors d’autres sports, hélas… En plus, l’année prochaine, mon objectif sera de participer à la Solitaire du Figaro ».

Ne manquez pas de suivre et de soutenir Marc sur la Generali Solo et avis spécial aux mécènes pour ce sportif de haut niveau !

Suivez Marc sur sa page facebook : www.facebook.com/Marcmallaret

Suivez ses prochains résultats sur : www.generali-solo.com





 
School
       

         


Taxe d'apprentissage La Fondation Groupe Sup de Co Montpellier

Dernières actualités

Toutes
les Actus




Espace téléchargement (Plaquettes/Documents)