Retour sur l’électif de gestion des émotions par la pleine conscience, une innovation pédagogique au service de la performance globale des futurs diplômés de MBS

Initiation à Adobe Photoshop & InDesign, introduction à l’HTML, secteur du transport aérien, management des activités culturelles et touristiques… En fin de cursus, les étudiants Master 2 de MBS ont eu le choix entre pas moins de 27 électifs spécifiques pour les deux derniers jours de cours de leur dernière année. Parmi ces électifs, celui de la gestion des émotions par la pleine conscience mis en place par le Dr Julien Granata était une nouveauté. Présentation.

« L’idée est venue suite à une demande des étudiants en cours d’année », explique Julien Granata, enseignant chercheur à MBS. « Durant mon cours de comportement organisationnel, j’ai commencé à introduire des temps courts de méditation en fin de journée pour les aider à gérer et à évacuer leur stress. Ils étaient demandeurs et donc la fin d’année de Master 2 était un bon moment pour introduire cet électif car ils connaissent un pic d’émotion et un pic d’enjeu très importants avec le mémoire qu’ils ont à rendre et la suite de leur vie professionnelle à définir ».

Durant ces 2 journées d’électif spécifique, les 30 étudiants participants ont commencé par aborder la théorie avant d’attaquer les exercices physiques de pleine conscience. « Nous avons terminé par la réponse directe aux problématiques qu’ils peuvent rencontrer en entreprise », ajoute le Dr Julien Granata. « En deux jours, nous avons fait une quinzaine de pratiques de pleine conscience ».

Mais un exercice de pleine conscience, qu’est-ce que c’est ?

« Pour résumer, c’est de la présence attentive. Donc le but était de leur permettre d’être pleinement dans le moment présent et en pleine conscience de ce qu’ils ressentent. Nous sommes sur des exercices d’identification de l’humeur, des tensions, des ressentis pour avoir un choix réactionnel. L’important est de réussir à prendre de la distance pour se concentrer sur le moment présent. On appelle cela aussi l’état de non distraction avec un esprit centré sur la pratique en cours. Autrement dit quand je mange, je ne dois pas penser à la liste des courses. Nous avons par exemple réalisé un exercice où il fallait se concentrer sur sa propre respiration car en observant sa respiration, on est concentré sur le moment présent et donc, on ne pense ni au futur, ni au passé ».

« En entreprise, on a tendance à être sur-sollicité, à répondre à des emails en continuant à travailler et donc on n’est pas concentré pleinement sur l’activité. Le but est aussi de se reconnecter au moment présent pour profiter pleinement de ce que l’activité à valeur ajoutée peut vous apporter », ajoute le Dr Julien Granata. « Après ces 2 journées, le retour des étudiants a été très positif notamment en termes d’application concrète. Ils ont progressé et appréhendé l’utilité de ces exercices en milieu professionnel. Maintenant, ils ont les outils de base pour être en pleine conscience, bienveillant, se reconnecter avec le moment présent et identifier leurs émotions au moment où elles arrivent ».

Généralisés dans beaucoup d’écoles américaines en début de journée, ces exercices amènent en plus d’une concentration décuplée, un surplus de bienveillance. Une bienveillance accrue que MBS ne peut qu’encourager étant donné sa mission de renforcement des responsabilités et performances globales à l’égard des hommes, des sociétés et des territoires.

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 
School
       

         


Taxe d'apprentissage La Fondation Groupe Sup de Co Montpellier

Dernières actualités

Toutes
les Actus




Espace téléchargement (Plaquettes/Documents)