Le makestorming, une approche au service de l’innovation managériale : une intervention inédite de Mesdames Stéphanie Bacquere et Marie-Noéline Vigué en cours d’Innovative Thinking for Business à MBS !

Ce mercredi 19 avril, Montpellier Business School a eu le grand plaisir de recevoir Mesdames Stéphanie Bacquere et Marie-Noéline Vigué, pionnières mais surtout expertes des méthodes du « makestorming » et du « corporate hacking » : une conférence exceptionnelle et un échange avec le personnel administratif et les enseignants-chercheurs de MBS, ainsi que les étudiants de 1ère année du programme Master Grande Ecole dans le cadre du cours « Innovative Thinking for Business » du Dr Carlos Raul Sanchez.

Toutes deux issues du monde du numérique, Marie-Noéline et Stéphanie développent dans leur entreprise nod-A depuis 2009 l’approche du « makestorming ». Cette approche consiste à combiner le meilleur des méthodes agiles, du design et du digital pour remettre la collaboration, l’action et le bien-être au cœur des entreprises, et réinventer leur culture. Une démarche qui, forte de son succès, les a amenées en 2015 à publier un ouvrage sur le sujet intitulé « Makestorming : le guide du Corporate Hacking », élu livre digital 2016 #Hubawards !

Aujourd’hui, nod-A dispose de bureaux à Paris, Lyon et Montréal et réunit 25 collaborateurs dont le rôle est d’accompagner les grandes entreprises et leurs salariés dans l’adoption de méthodes de travail innovantes. « A ce jour, déjà 50 entreprises ont déjà intégré le « makestorming » avec succès ! Si les start-up, issues de la culture du web, doivent leur succès à ces modes de travail collaboratif et de relations transversales entre collaborateurs, les grands groupes s’interrogent, apprennent à désapprendre pour y développer les mêmes pratiques. C’est là que nod-A intervient car elles ont besoin d’être accompagnées dans ce changement, voire bousculées ! Nous encourageons aussi les salariés à « hacker » leurs entreprises pour faire bouger les choses. Et ça marche ! ».

Devant une assistance avide de bousculer les codes, les deux conférencières expliquent clairement le « Corporate Hacking », un concept de viralisation qui consiste à installer progressivement l’approche du makestorming au sein de l’entreprise en « désobéissant » à certaines règles établies. On apprend que devenir un corporate hacker peut être une démarche individuelle, mais aussi un mouvement de groupe des salariés qui ont l’envie ou le besoin de retrouver un sens et du plaisir à leurs missions. « Les hackers détectent les failles d’un système et ainsi contribuent à son amélioration. C’est la même chose en entreprise ! Les organisations ont besoin de « hackers bienveillants » qui en déviant des protocoles apportent de nouveaux outils pour mieux remplir leurs missions professionnelles, voire dépasser leurs fonctions, et apporter une valeur ajoutée à l’entreprise. A quoi bon recruter des gens excellents pour finalement les empêcher d’exprimer tout leur potentiel ? Passer à l’action face à la frustration, prendre des risques mesurés, travailler en hypothèse, réinventer, c’est cela le corporate hacking. »

Nul ne doute que cette conférence comme leur ouvrage resteront dans les mémoires des montpelliérains. Montpellier Business School remercie bien évidemment les conférencières sans oublier le professeur Carlos Sanchez à l’initiative de cette démarche. 

Pour en savoir plus et se procurer le livre : http://makestorming.com/

 
School
       

         


Taxe d'apprentissage La Fondation Groupe Sup de Co Montpellier

Dernières actualités

Toutes
les Actus




Espace téléchargement (Plaquettes/Documents)