Un autre regard sur la différence : Josef Schovanec en conférence à MBS pour la journée Handivalides !

Chaque année, les étudiants de MBS participent à l’organisation sur le campus de la journée « Handivalides » dédiée à l’information et la compréhension de différents handicaps. Cette année encore, 6 d’entre eux investis dans l’association Starting Block ont pris le pari d’accueillir le rayonnant M. Josef Schovanec, venu en Europe le temps d’une semaine, pour un message fort sur l’intégration des personnes en situation de handicap et notamment les personnes autistes, dans la réalité de l’entreprise et de la société française.

Josef Schovanec est avant tout un polyglotte, diplômé de Sciences Po et docteur en philosophie, auteur de plusieurs livres et chroniqueur radio. Mais il est aussi autiste de haut niveau (syndrome d’Asperger) et sans vouloir se nommer ainsi, il en est devenu un porte-parole. C’est sur un ton emprunté d’humour et même de dérision qu’il dépeint alors devant un amphithéâtre plein, la réalité quotidienne des personnes autistes face au monde professionnel. « Savez-vous tous les avantages à recruter des personnes autistes dans une entreprise ? Pourtant, 99,9% de mes amis autistes n’ont pas de travail. J’imagine alors une nouvelle économie, qui fonctionnerait avec la diversité humaine. »

Ce que propose Josef Shovanec, c’est une économie « autism friendly », une société qui s’adapterait aux particularités des personnes autistes. Il décrit l’exemple de la Nouvelle Zélande, où il réside à l’année. « Là-bas, ne pas prendre en compte le handicap est impensable. Par exemple, tout est adapté afin de faciliter l’accessibilité. Certaines chaînes de magasins ont même fait la démarche de proposer des horaires d’ouverture réservés aux personnes autistes avec moins d’éclairage et de musique. La cible « autiste » est suffisamment importante pour que les entreprises y voient un moyen de faire du business ! La même chose est donc possible en France qui compte 400 000 adultes autistes. »

Pour lui, l’autisme n’est pas un « handicap », c’est « une différence de fonctionnement » qui permet l’inspiration, la créativité et l’innovation. « L’autisme, c’est avoir un regard différent et les autistes sont talentueux » précise-t-il en l’illustrant de l’exemple de son amie, ancienne couturière pour Lolita Lempicka, autiste de son état et dont les capacités sensorielles décuplées l’aident dans ses créations. « Pourquoi ces talents-là se retrouvent-ils trop souvent exclus, mis à l’écart ? Il faut au contraire exploiter cette excellence humaine, cette valeur ajoutée. La différence ne devient un handicap que lorsque la société ignore ces différences et ne veut pas s’y adapter. La société, les parents, le système éducatif doit apprendre aux nouvelles générations les réalités humaines ! Et notamment comment vivre aux côtés d’une personne avec un fonctionnement différent du leur. Aujourd’hui, la différence fait peur, et à ce jour seulement 6% des personnes handicapées font un cursus post-bac et ont trop peu accès à des validations d’acquis, pourtant pertinentes dans le cas des autistes qui développent la plupart de leur compétences en autodidacte dans une société qui valorise essentiellement la poursuite d’études supérieures.»

Montpellier Business School a depuis 2009 intégré le handicap dans sa politique en faveur de l’égalité des chances et sa politique RSE. Elle fait partie des établissements académiques à œuvrer chaque année sur des actions concrètes telles que le tutorat PHARES, les journées de sensibilisation, les Handicafés ou encore le concours Passerelle Handicap. En confrontant ses étudiants et ses personnels à la différence, MBS œuvre en faveur du plaidoyer pour une société plus ouverte et donc plus innovante.


 
School
       

         


Taxe d'apprentissage La Fondation Groupe Sup de Co Montpellier

Dernières actualités

Toutes
les Actus




Espace téléchargement (Plaquettes/Documents)