« Sans les équipes internationales et le professeur Maryline Meyer, je ne poursuivrai pas en études doctorales ! »

En 2012, Mary-Lieta, après 2 années de classes préparatoires au lycée Camille Vernet, a  choisi le Programme Master Grande Ecole de MBS pour son ouverture internationale. Après une année académique à Taïwan, une année en stage au Canada dans un grand groupe logistique, elle a intégré le parcours « international Business » en dernière année à l’université de Laval où elle est restée pour un dernier semestre diplômant en gestion internationale avant de se projeter vers un doctorat !

En 2016, Mary-Lieta a validé son Master Grande Ecole de MBS mais s’est aussi lancée dans un dernier semestre avec l’université de Laval au Québec lui permettant d’en obtenir le diplôme ! « C’est une vraie chance de pouvoir valider le MBA de l’université partenaire de MBS. Cela demande cependant énormément d’investissement car du coup, il faut rendre un mémoire supplémentaire un an après le premier. Mais le jeu en vaut la chandelle car un MBA international c’est un accélérateur de carrière, qui permet vraiment d’avoir le choix sur son avenir » commente Mary-Lieta. « Au Canada, le diplôme de Master est très reconnu car beaucoup d’étudiants s’arrêtent à la licence. Alors pouvoir en plus afficher sur mon CV un MBA, c’est le « must » ! Et croyez-moi, je suis surprise de voir que mon profil est déjà très demandé sur les différents réseaux sociaux professionnels. »

« En choisissant l’Amérique du Nord, je voulais découvrir une culture et des méthodes d’enseignement différentes, tout en profitant d’un contexte « franco-international » car au Québec, tout le monde est bilingue et beaucoup de nationalités se côtoient ! » explique Mary-Lieta. « Pendant mon stage à Montréal chez Clasquin (organisateur en transports et logistique overseas), j’ai vraiment réalisé que j’adorais le Canada et j’étais donc ravie de pouvoir y rester davantage de temps ! »

Au-delà des 50 à 60 heures de travail académique par semaine, Mary-Lieta sait profiter de balades en forêt, de courses de traineaux ou d’escapades aux Etats-Unis, et même d’assister un professeur à temps partiel. « Ici, l’alternance n’existe pas, mais tous les étudiants travaillent en parallèle des études. C’est normal et vraiment valorisé dans la société canadienne. D’ailleurs, tous nos cours sont regroupés sur deux jours de la semaine pour nous donner un maximum de temps libre et d’autonomie dans l’organisation. » poursuit-elle.

« Mes notes sont plutôt bonnes donc je vais donc pouvoir continuer en doctorat et profiter d’une bourse de 12 000 dollars canadiens (8 685 euros) pour continuer mes recherches sur la gestion de crise dans les universités, sujet de mon mémoire de Master. Mais ceci n’aurait jamais été possible ans l’accompagnement de l’équipe des programmes internationaux de MBS. Je veux donc leur dire un grand, grand merci, et aussi à tout le corps professoral de MBS avec une pensée particulière pour le professeur Maryline Meyer, ma directrice de mémoire comme pour tous les professeurs de Laval toujours disponibles pour conseiller leurs étudiants !  »

MBS souhaite pleine réussite et succès à Mary-Lieta pour ses études doctorales !


 
School
       

         


Taxe d'apprentissage La Fondation Groupe Sup de Co Montpellier

Dernières actualités

Toutes
les Actus




Espace téléchargement (Plaquettes/Documents)